« De la peste

au cinéma »

 

 Au cinéma, bien après la construction de la lumière nécessaire au tournage d’un plan, la fabrication des images cinématographiques passe en phase de montage par un choix colorimétrique. Sur un plateau de tournage déjà, la lumière et son dispositif dans un plan orientent le regard vers l’éprouvé d’un sentiment, d’une impression, bref d’un état psychique. En se montrant capable de susciter ainsi à volonté tel ou tel état, les savoir-faire techniques du cinéma rende la réceptivité d’un être humain très malléable. Ensuite, après le tournage d’un film, il y a le montage des plans pour l’élaboration d’une séquence, et ainsi de suite, séquence après séquence. Là encore cela induit tel ou tel état chez le spectateur. Mais ce qui, dans un film, vient parachever tout ce voyage de fabrication de l’image, c’est ce qu’on nomme l’étalonnage, c’est-à-dire le « développement » des lumières du tournage, autrement dit des masses à faire exister selon leurs contrastes entre le noir et blanc ou entre les couleurs.

 

 Ce qui m’importe ici en tant que spectateur, c’est de dresser devant vous le constat de l’uniformisation massive du choix de l’industrie cinématographique pour un seul type de contrastes entre le clair et le sombre, et donc pour un seul type d’images (et de sons), parmi bien d’autres possibilités... Au tournage ne prévaut plus actuellement qu’une seule norme dans la composition des couleurs, et le bain d’une unique couleur dominante pour conditionner toute la trame narrative des images. Le bain-image d’une trame narrative ou d’un récit est donc rigoureusement calqué d’un film à l’autre, quel(le)s que soient les réalisateurs ou les réalisatrices. - En général ! - Mais sont-ils et elles conscient(e)s de cette dictature qui pèse sur le mode de conditionnement des images d’un récit lorsqu’ils ou elles font un film ? Cela est à questionner. Sont-ils ou elles conscient(e)s  de faire et refaire généralement toujours les mêmes non-choix de construction de la lumière au tournage, et donc ensuite à l’étalonnage, - sans même parler du montage de l’image ?

 

 Je veux dire ici mon étonnement nimbé de lassitude, voire d’ écoeurement devant l’écrasante quantité de films qui, depuis des décennies, sont trempés dans le bain d’une unique couleur : la teinte cyan ou verte ! Comment se fait-il que cela ne suscite pas davantage de réflexions dans le domaine de la critique cinématographique, dans les revues spécialisées ou les essais sur le cinéma ? Le spectateur n’est-il pas fondé à s’interroger sur la couleur de l’eau du bain dans lequel ne cessent de tremper ses yeux et ses états psychiques ? Pourquoi sommes-nous inféodés à cette uniformisation de la teinte d’un récit, c’est-à-dire à une mono-forme qui, pour nous, spectateurs, n’a d’autre fonction, au bout du compte, que de nous endormir dans un bain froid et glacial de contraste entre le clair et le sombre ?  Ne voit-on pas à quel point le cyan, le bleu pétrole, ou le vert cadavre, ensevelissent la lumière et contribuent à mettre les figures narratives en mouvement dans un linceul ?

 Or qui dit uniformisation dit volonté de contraindre de la part de ceux et celles qui décident d’enrégimenter les yeux et de favoriser de cette façon tel ou tel état psychique chez les spectateurs. Depuis des décennies donc, le noir et le blanc, autant que la couleur, sont censurés dans la représentation du cinéma pour « le peuple ». Il faut au peuple des récits qu’il puisse réciter jusqu’à l’overdose dans les films-argent du cinéma américain. Mais il en va de même dans l’ensemble de la production internationale. Plus aucune production dans le monde n’échappe à cette charte commerciale. Pourtant, qui dit commerce industriel à l’échelle mondiale ne dit-il pas fabrication de stimuli pour des réponses réflexes ? Toute l’industrie aura développé cela dans tous les domaines de la vie industrialisée à mort.

 

 Car n’y a-t-il pas dans cette massification du bain colorimétrique une extinction de la lumière et de ses fragrances par les formes nuancées de la couleur à travers la diversité infinie de ses tons ?

 

 Aujourd’hui la construction du récit lui-même, envisagée d’un point de vue global, ne raconte rien d’autre que la récitation de poncifs narratifs qui ne disent rien – surtout rien ! –, et trempe tout un bruit d’actions dans une inertie de fait où plus rien n’arrive et ne fait plus vraiment rupture, c’est-à-dire réelle surprise !

 

 Ce mille-feuille cinéma se mange ensuite par nos yeux, au cyan, au bleu pétrole ou au vert cadavre, afin de bien nous donner le goût d’une existence monotone, privée d’une vie de la lumière et de son nuancier infini de teintes qui nous ravirait littéralement.

 

 Les virages photographiques de ces dernières décennies nous enfoncent dans les froids paysages d’une humanité plongée dans le sombre de ses pulsions mortifères. Ainsi la dictature culturelle dans l’industrie cinématographique est-elle responsable de fabriquer des images et des sons qui ne donnent ni à voir ni à entendre !

 

 De toute évidence il s’agit ici d’une politique esthétique du meurtre, avide d’asservir les consciences par une magie mortifère de l’image, où la lumière blanche de la balance est toujours trempée dans le bain interprétatif et répressif des prêtres du commerce mondialisé, comme la morale policière des religions tyrannisait naguère les esprits, les cœurs et les corps en censurant sévèrement l’accès à l’univers infini du visible.

 

 Subir cette dictature de la représentation, c’est vivre dans un climat de répression qui n’a finalement pour saveur qu’un plaisir indéfini d’avoir toujours mal, c’est-à-dire de tremper dans le bain indicible et indiscernable d’une teinte que nous buvons par les yeux et les oreilles et qui nous empoisonne littéralement, tout comme la majorité des aliments industriels que nous mangeons aujourd’hui sont dévitalisés et baignent dans un bain de pesticides empoisonnés. La peste fait donc aussi son œuvre dans le champ de la représentation !

 

 Toutes celles et ceux qui actionnent les programmes médiatiques obligent ainsi les peuples au formatage mortifère des images comme des fromages aux pesticides.

 

 Aussi, n’est-ce pas l’entièreté des productions industrielles de la mondialisation qui tend à massifier toujours plus l’abattage des « masses » ?

 

 Et croire qu’il n’y a personne pour planifier cela participe du système de la représentation mondiale : la croyance du pire !

 

 

aurélien réal